Avant/Après : lifting complet d’une maison ancienne

Bonjour à tous ! Nous voila en plein confinement causé par la pandémie du Covid 19. Une situation qui me semble bien étrange, mais loin de moi l’idée d’en reparler surtout ici. Non, non… On va plutôt parler déco. Pour tout dire, je n’avais absolument pas prévu d’écrire cet article. Pas si tôt. Je voulais attendre que la rénovation de cette maison ancienne et sa déco soit totalement terminée. Mais les dossiers et chantiers étant arrêtés, tout prend du retard. C’est inéluctable, mon activité est quasiment au point mort. J’en profite pour faire du travail de fond mais il n’empêche que je n’ai donc pas grand chose à montrer…

Avec ce confinement, j’ai tout de même du temps pour enfin trier mes photos. Et je suis retombée sur les photos de la maison ancienne achetée par monsieur. Je me suis alors décidée à en publier sur Instagram et ce à plusieurs reprises avec des avant/après de la maison que l’on rénove petit à petit. Petit à petit parce qu’on fait quasiment l’intégralité des travaux nous même et parce qu’il ne faut pas se voiler la face, une rénovation coute chère et qu’on a chacun un job à plein temps. Petite aparté, ici c’est chacun chez soi, alors ne soyez pas étonnés si je publie aussi sur mon propre appartement – que j’aime tant d’ailleurs.

Cette maison il l’a achetée il y a 2 ans et nous avons entrepris de gros travaux dedans. Tout était à revoir. Il s’agissait d’une maison ancienne que l’on estime être des années 1880 pour une partie et de 1930 pour une seconde. Et autant dire que les avant/après sont impressionnants et valaient le coût d’être partagés.

Pour que vous puissiez vous situer, la maison était à l’époque de sa construction l’ancienne boulangerie du village. Aujourd’hui, moins de 600 âmes y vivent, les voisines ont des tâches et s’appellent Marguerite, Réglisse et Trompette (enfin d’après moi ^^), la vraie campagne iséroise.

Il y a deux ans, c’était une maison ancienne en pierre qui ne faisait pas rêver le voisinage. Une bonne partie de la façade à été recouverte d’un crépis gris et triste, le jardin était à l’abandon et l’intérieur était franchement flippant. Dans un langage d’agent immobilier : il était indispensable de se projeter car elle était dans son jus… 

La maison est un ensemble de deux bâtiments composée d’un grand garage (monsieur s’y voyait déjà), ainsi qu’une pièce sans accès au reste de la maison. Puis le corps principal, le plus récent, était une accumulation de petites pièces au rez-de-chaussée et un étage de deux chambres et d’un grand grenier où vivait tout un tas d’animaux… L’électricité était vétuste, tout comme la plomberie, les murs étaient plutôt en mauvais état et humides, les cloisons n’étaient pas des cloisons pour la plupart mais plutôt du carton… oui véridique ! Et les circulations n’avaient aucun sens. Bref un vaste programme.

Comme je le disais, nous avons entrepris de gros travaux. L’ancien propriétaire qui l’avait acheté projetait d’y faire des travaux lui-même. Il avait notamment fait quelques travaux comme installer qu’une fosse septique, installer un poêle à granules, rénover le toit et entreprendre la chambre parentale. De notre coté, nous avons par exemple changé les fenêtres, abattu deux murs porteurs, déposé plusieurs cloisons, repensé les espaces et la circulation, refait les sols, et plus encore. Maintenant, la maison est habitable mais beaucoup reste encore à faire. Alors on profite de ce calme pour avancer doucement sur certains éléments. 

Tout d’abord, nous avons repensé la circulation et l’usage des pièces. L’ancien propriétaire avait fait quelques modifications qui ne nous convenaient pas toutes.

La chambre

Avant

Comme lui, nous avons gardé la chambre principale située au rez-de-chaussée pour en faire la chambre parentale. Il avait l’idée d’en faire une petite salle de bain fermée et de garder la salle de bain actuelle qui pourtant empiètait sur l’espace à vivre pour en faire le dressing. Exit la salle de bain des plus rustique, on cloisonne, on réduit l’espace chambre, qui fait tout de même près que 17 m2, et on repense la salle de bain. On continue les travaux de placo, on remplace le receveur de douche pour en mettre un plus grand et orienté différemment, on change le carrelage, on modifie l’électricité et on remplace les fenêtres. Et surtout… j’ai profité d’une journée seule au chantier pour décrouter un des murs car je pensais y trouver des pierres…

La cuisine

Là part contre, pas grand chose n’avait été entrepris. La petite cuisine était seulement composée d’un évier, d’une cabine pour les toilettes. De l’autre coté de la cloison, l’ancien propriétaire avait projeté d’y faire la salle à manger et garder la taille de la cuisine, en la rénovant (enfin j’espère !).

Avant

La première journée de chantier, les copains se sont fait un malin plaisir d’abattre la cloison en briquette et par conséquent d’agrandir l’espace. Nous avons ensuite décrouté les murs intérieurs pour découvrir ces belles pierres. A cause d’un certain nombre de contraintes, nous n’avons pas pu déplacer le poêle. Mais peu importe finalement, nous passons beaucoup de temps dans cette pièce et il est agréable de prendre l’apéro les soirs d’hiver à coté du poêle. 

La cuisine nous l’avons choisi d’un style industriel, noire et bois comme monsieur aime, avec un ilot central. L’idée était de l’imaginer la plus accueillante possible. Une table cuisson au centre, quatre tabourets et tout le nécessaire pour une cuisine fonctionnelle.

La salle à manger

Avant

Même si en théorie la salle à manger est une pièce qui ne nécessite pas de gros travaux, nous avons quand même fait beaucoup. Nous avons notamment modifié la trémie de l’escalier (qui n’est pas encore posé – les aléas des chantiers), retiré la plomberie pour positionner les machines à laver dans les rangements prévus sous l’escalier, repensé l’électricité et surtout ouvert des murs porteurs de chaque coté de la pièce. D’un coté pour en finir avec la petite porte communicante de la cuisine et avoir une grande ouverture. Et de l’autre, permettre la communication entre la maison principale et cette pièce qui ne servait à rien sauf à faire office de sas entre l’extérieur et le garage. Et autant le premier mur porteur était déjà particulièrement épais, autant le second qui était en fait un mur extérieur très ancien faisait plus de 1,20 m d’épaisseur… Un record pour notre maçon.

Le salon

Enfin, nous pouvions intégrer cette pièce aux espaces de vie. La pièce est maintenant le salon et l’entrée principale de la maison. Afin de la mettre à distance nous avons installé une verrière et un carrelage de forme hexagonal blanc. 

Malheureusement nous n’avons pas pu garder les pierres apparentes de cette pièce car les joints avaient été faits en béton.

Avant
Après

Le reste de la maison

Pour le moment, nous avons concentré notre énergie à rénover ces pièces-ci, avec encore beaucoup de choses à faire. Nous voulions avoir des pièces à vivre rénovées pour pouvoir poursuivre les travaux par la suite. Toutefois, il peut être bon de noter que nous avons déjà fait quelques aménagements à l’extérieur. Nous avons notamment profité des gravats des murs porteurs pour agrandir la place de parking à l’intérieur du jardin. Le reste de l’aménagement extérieur viendra par la suite. Tout comme la rénovation de l’étage, et le reste des projets que nous avons pour le rez-de-chaussée. To be Continued comme on dit…

J’espère que cet article moins orienté déco mais beaucoup plus orienté chantier, poussière et marteau piqueur vous aura plu. N’hésitez pas à écrire un commentaire sous le post ou à venir m’en parler en m’écrivant ici.

A très vite

Célia

2 Commentaires

  1. Caroline
    4 avril 2020 / 23 h 12 min

    Cela me rappelle des souvenirs. Et j’avoue que je ne suis plus prête de recommencer. La transformation est magnifique ! Bon courage pour la fin.

    • CeliaB
      Auteur
      5 avril 2020 / 21 h 06 min

      Je dois être un peu dingue parce que j’adore ça ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Décoratrice d’intérieur à Tassin-la-demi-lune

Décoratrice d’intérieur installée à Tassin-la-demi-lune, j’interviens dans tous les Monts d’Or, Ecully, Dardilly, Charbonnières-les-bains, la Métropole de Lyon, Villefranche, Saint-Priest, Vénissieux, Vienne, Tignieu-Jameyzieu, etc. pour n’en citer que quelques uns.